Download E-books L'Homme précaire et la Littérature PDF

By André Malraux

L'Homme précaire est à los angeles littérature ce que los angeles Métamorphose des dieux est aux beaux-arts.

Malraux suggest d'appliquer à los angeles littérature l. a. périodisation de l'histoire de l'art qu'il avait dégagée pour renouveler notre expérience des œuvres : une première période de figuration d'un surnaturel invisible, objet de prière et de dévotion ; une deuxième, à partir de l. a. Renaissance, au cours de laquelle l'art visait à représenter le monde réel, pour s'approcher toujours plus de l'illusion ; mais plus cette phantasm était poussée, plus elle occultait l'acte créateur, qui, dans un troisième temps et grâce à l. a. rupture initiée par Manet, devint désormais l'essentiel.

Appliquée à los angeles littérature, cette tripartition en bouleverse notre belief. los angeles fiction est l. a. proposal pivot qui permet de distinguer respectivement les trois moments. Elle est, pour chacun d'entre nous, une expérience majeure : parce qu'elle nous fait vivre par procuration une vie, c'est-à-dire un temps autre que le nôtre, elle porte plus loin qu'un basic divertissement.

Show description

Read Online or Download L'Homme précaire et la Littérature PDF

Similar Art History books

Renaissance Art: A Very Short Introduction

Artists like Botticelli, Holbein, Leonardo, Dürer, and Michelangelo and works reminiscent of the final Supper fresco and the huge marble statue of David, are frequent symbols of the Renaissance. yet who have been those artists, why did they produce such memorable pictures, and the way may their unique beholders have seen those gadgets?

Alfred H. Barr, Jr. and the Intellectual Origins of the Museum of Modern Art

Growing to be up with the 20 th century, Alfred Barr (1902-1981), founding director of the Museum of contemporary artwork, harnessed the cataclysm that was once modernism. during this book—part highbrow biography, half institutional history—Sybil Gordon Kantor tells the tale of the increase of contemporary paintings in the USA and of the fellow answerable for its triumph.

Relationscapes: Movement, Art, Philosophy (Technologies of Lived Abstraction)

With Relationscapes, Erin Manning bargains a brand new philosophy of flow tough the concept that circulate is straightforward displacement in house, knowable merely by way of the particular. Exploring the relation among sensation and notion in the course of the prisms of dance, cinema, paintings, and new media, Manning argues for the depth of flow.

Bachelors (October Books)

Because the Nineteen Seventies Rosalind Krauss has been exploring the paintings of painters, sculptors, and photographers, studying the intersection of those artists matters with the key currents of postwar visible tradition: the query of the commodity, the prestige of the topic, problems with illustration and abstraction, and the viability of person media.

Extra resources for L'Homme précaire et la Littérature

Show sample text content

De l’Incarnation, de l. a. cérémonie où tout était suprêmement vrai, l’Europe (car il ne s’agit plus de l. a. même chrétienté) est venue à l. a. fiction incarnée : le théâtre. III. RÉSURRECTIONS1 Le Quattrocento, le XVIe siècle français ne ressuscitent pas Athènes, mais Alexandrie, Rome, l’antiquité luxueuse, colossale, qui jugeait le Parthénon petit, et où l. a. lecture tenait encore une faible position. los angeles littérature avait pourtant subi une première métamorphose. L’admiration de L’Orestie par un Alexandrin fait penser à celle d’une statue gothique par un Américain, dans un musée des États-Unis. los angeles tragédie, amputée de los angeles cité, entrait dans los angeles littérature, que los angeles civilisation hellénistique inventait. Alexandrie allait posséder l. a. plus riche bibliothèque, alors que Platon avait flétri l’écriture2. Quoi de commun, sauf los angeles langue grecque, entre Théocrite et Sophocle qui avait reçu, en récompense d’Antigone, un commandement militaire, Eschyle qui avait écrit Les Perses3 ? los angeles frontière entre Athènes et Alexandrie semblait indistincte, parce qu’Euripide appartenait encore à l. a. cité, mais aussi à ce qui lui succédait ; Racine ne s’inspirera pas d’Eschyle, et Sénèque reprendra los angeles première Phèdre, que les Grecs n’avaient pas supportée4. Même en ressuscitant Antigone, l’Italie eût ressuscité une forme, comme lorsqu’elle ressuscitait une statue d’Aphrodite. Un sculpteur romain ou hellénistique avait sculpté une déesse. En laquelle il croyait plus ou moins, mais qui ne se confondait pas pour lui avec los angeles statue d’une mortelle. Quinze cents ans plus tard, le sculpteur chrétien de Florence ou de Rome qui los angeles retrouverait dans los angeles terre, ne lui accordait aucun caractère sacré ; mais pour lui non plus, elle ne représentait pas une mortelle. En cette forme née de los angeles divinité, il trouvait l’intercesseur de son propre accomplissement — la divinisation transformée en method. Et le sculpteur florentin pouvait s’appeler Michel-Ange. Dans les lettres, il n’y a pas de Michel-Ange. Ni en philosophie, mais on sait remark le christianisme offrit l’hospitalité à celles de los angeles Grèce ; il avait réellement connu Aristote. Le discussion décisif ne fut pas esthétique, mais moral : l. a. grandeur allait devenir rivale de l. a. sainteté. los angeles Renaissance ne s’est pas ajoutée au Moyen Âge comme ses œuvres succèdent aux œuvres médiévales dans les musées. Il y a, certes, du jeu de cartes large dans Rabelais, mais Rabelais emploie les mots à autre selected qu’à raconter. l. a. mutation n’est jamais si noticeable que lorsqu’elle touche l’Antiquité. J’ai dit qu’Alexandre, dans le roman qui porte son nom, n’était pas édifiant, n’atteignait qu’à los angeles merveille. Donc, pas exemplaire. Quand on connaîtra Plutarque, on dira : admirable ; l’admirable n’avait pas encore cours. L’exemplarité ne pouvait prendre d’autre forme que los angeles sainteté. Le monde était vrai (c’est-à-dire religieux, y compris le dragon de saint Georges et les diables) ou pretend, c’est-à-dire merveilleux. Les Hommes Illustres, les dieux olympiens, devenaient fantastiques comme ils devenaient planètes ou signes zodiacaux.

Rated 4.23 of 5 – based on 17 votes